Mathilde Lemée : "Avant de créer les Duchesses, je n'avais rencontré qu'une seule autre femme développeuse."

Mathilde Lemée :

Mathilde Lemée est à la fois co-fondatrice de Duchess France, communauté pour la mise en relation et valorisation des développeuses informatique & des femmes tech et fondatrice de SoFizz, l'application de sorties entre copines. Une double vie qu'elle nous présente à l'occasion de la Journée de la Femme. Interview.


Bonjour Mathilde ! Vous faites partie des co-fondatrices de Duchess France, une association de développeuses qui, justement, se développe très vite ! Quel est le but de cette association ?
Duchess France est une association destinée à valoriser et à promouvoir les développeuses et plus largement les femmes avec des profils techniques. Mais aussi à faire connaître ces métiers techniques et créer de nouvelles vocations. Nos actions sont diverses : mise en avant de rôles modèles féminins, augmentation du nombre d'intervenantes dans les conférences techniques via du coaching, l'accompagnement des femmes qui démarrent une carrière technique dans l'informatique via notre programme de parrainage #AdoptADuchess. En ce qui concerne ce dernier, nous recherchons toujours des marraines qui ont 2/3 ans d'expérience ou plus pour faire face à l'afflux de demande de la part des débutantes.

Est-ce une façon d'aider et inciter les femmes à se lancer dans l'innovation numérique ou plutôt une preuve massive qu'elles sont déjà essentielles dans ce domaine ?
Les femmes ne représentent que 20% des ingénieurs en informatique et, ceci couplé au fait qu'elles ont plus tendance à changer de voie, les chiffres sont en réalité plus faibles. Il est nécessaire en amont de favoriser l'orientation des jeunes femmes, en sensibilisant les étudiantes et leurs parents, ce qui est une des actions de Duchess France. Et une fois qu'elles y sont, de faire en sorte qu'elles s'y sentent bien.

Les femmes ont-elles des talents spécifiques essentiels à ce secteur d'avenir ?
Comme dans tous les métiers, construire des équipes homme/femme complémentaires, c'est toujours une force !

Comment s'explique selon vous la sous-représentation des femmes dans le domaine des technologies d'avenir ? On les freine ? Ou elles se freinent ?
Les deux ! D'une part, le métier souffre de son stéréotype de l'homme blanc à lunettes. Il est difficile pour une jeune femme de s'y identifier. D'autre part, le syndrome de l'imposteur, qui consiste à se considérer pas à sa place professionnellement est encore plus développé chez les femmes que chez les hommes.

Les femmes entre-elles dans le milieu de l'IT et de l'innovation semblent plus solidaires que concurrentes. On ne ressent pas de frénésie féministe mais une féminité assumée, et ça fait du bien ! Qu'est-ce qui vous unit ?
Avant de créer les duchesses, je n'avais rencontré qu'une seule autre femme développeuse. Nos interactions sont très limitées entre nous. Dans la plupart des équipes où j'ai travaillé, nous étions une ou deux femmes sur une dizaine d'hommes. D'où l'idée de se fédérer en association pour permettre d'échanger et de se regrouper !


Vous faites résolument partie des femmes digitales à suivre ! Pouvez-vous nous retracer les premiers chapitres de votre belle histoire ? J'ai commencé à coder mes premières lignes dès mes 7 ans, dans une petite association de quartier que je n'ai plus quittée jusqu'à mes 18 ans, au moment où je suis rentrée en école d'ingénieur. Diplômée, je me suis lancée en tant que Freelance après 6 mois de salariat. Envie d'avoir plus de liberté, plus d'indépendance et un rapport plus direct avec mes clients. Ce qui m'a permis d'avoir un peu plus de temps pour monter mon premier projet open-source, FluentLenium. J'ai ensuite intégré les équipes de Terracotta, qui proposent une solution bigdata de stockage en mémoire à haute performance. Nous étions 3 en Europe à travailler sur le projet : la plupart des membres du projet se situaient à San Francisco. Et depuis 2015, c'est encore une autre histoire puisque j'ai monté mon entreprise, SoFizz !

Quel est le principe de SoFizz ?
SoFizz, c'est une application mobile pour trouver et proposer des sorties entre jeunes femmes à côté de chez soi. Un ciné, une expo ou une séance de sport, c'est le moyen le plus simple pour trouver des gens à côté de chez soi et de partager des moments sympas, avec des groupes allant de quelques personnes à plus d'une trentaine. Les Découvertes by SoFizz permettent aux femmes de découvrir des produits (Champagne, Box beauté, cookies, thé, etc.) et de nouvelles copines lors d'événements conviviaux dans des appartements parisiens, en échange de leurs photos et avis des produits sur les réseaux sociaux. Nous avons une communauté de près de 5000 jeunes femmes et sur Paris, il y a plusieurs sorties proposées tous les jours.

Un message pour les femmes qui hésitent à se lancer ?
J'ai la chance d'avoir un métier qui me passionne et qui me permet de toucher à tous les secteurs d'activité. J'ai travaillé pour des télécoms, des parcs d'attractions, des startups, des grands groupes ... J'ai pu voyager en donnant des conférences en Europe et aux Etats-Unis. Mes journées ne se ressemblent pas, il y a toujours de nouveaux problèmes à résoudre, de nouveaux challenges. Sans compter le fait qu'il y a une demande importante pour les profils de développeurs.

Un message pour les hommes qui doutent des femmes dans ces métiers ?
Qu'elles y ont toute leur place et que c'est un métier intéressant qui se renouvelle et j'encourage tous les jeunes, hommes comme femmes, à l'envisager.

Rejoignez Duchess France :   
www.duchess-france.org
twitter.com/duchessfr
twitter.com/MathildeLemee

Pour aller plus loin :
> Infographie : la remarquable croissance des femmes dans la tech
> Les femmes & les métiers de l'informatique : « Les stéréotypes perdurent »
Les métiers du code au féminin

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo