CONSULTANT ERP

L’ERP (Enterprise Resource Planning), encore appelé PGI en français (Progiciels de gestion intégrée), constitue un véritable enjeu pour les entreprises. Il permet de construire des applications informatiques de manière modulaire tout en partageant une base de données unique et commune. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à souhaiter déployer de telles applications et vont recourir à un consultant ERP pour les aider à choisir le bon outil et à l’intégrer. Bien souvent ce consultant, encore appelé intégrateur PGI ou spécialiste ERP, travaille au sein d’une société de services en ingénierie informatique (SSII), chez un éditeur de logiciels ou pour une société en conseil en organisation. En raison de la pénurie de candidats qualifiés, des intégrateurs sont amenés à recruter des professionnels des métiers de l’entreprise (paie, achat…) qu’ils vont former à l’ERP et à la fonction de consultant.

Principales missions

  • Conseiller l’entreprise dans le choix de son futur ERP en fonction des enjeux de l’entreprise et des besoins utilisateurs.
  • Analyser l’existant, le fonctionnel et les spécifications du cahier des charges.
  • Paramétrer l’application et la tester.
  • Effectuer la phase de recette.
  • Former les utilisateurs.
  • Assister l’entreprise au moment du déploiement et du démarrage.


Formation

Jusqu’à présent, les consultants ERP sont titulaires d’un bac +4, voire bac +5 et sont issus d’une école de commerce ou d’une école d’ingénieurs.

Pour répondre à la pénurie de consultants ERP sur le marché, des formations pour consultant ERP commencent à voir le jour :

  • Exec University : formation de six semaines offerte par un groupe de huit intégrateurs à leurs nouvelles recrues possédant une expertise métier
  • Master Consultant ERP de l’EPSI


Compétences professionnelles

  • Posséder de bonnes compétences techniques.
  • Avoir une bonne culture des systèmes d’information.
  • Détenir une parfaite connaissance d’un secteur d’activité ou d’un métier (assurance, banque, distribution).
  • Maîtriser l’anglais.


Profil

  • Grande capacité d’analyse et de synthèse
  • Sens de la rigueur
  • Excellent relationnel
  • Facilité de dialogue
  • Diplomatie et sens de la persuasion
  • Autonomie


Salaire

Le salaire du consultant ERP est parmi les plus élevés du fait de la demande croissante pour ce profil. Un consultant ERP qui débute percevra entre 28 et 40 k€. Après quelques années d’expérience, sa rémunération pourra atteindre les 70, 80 k€ hors primes.

 


Évolutionprofessionnelle


Le consultant ERP sera en charge de missions de plus en plus importantes et complexes. Par la suite, il pourra être amené à prendre la gestion de projets (chef de projets) ou le management d’une équipe de consultants.

La parole aux professionnels
Imame Benmadi, consultant ERP libéral


Quel a été votre parcours ?

J’ai obtenu un BTS en informatique de gestion, option études et développement. J’ai travaillé 7 ans dans une SSII. J’ai maintenant un niveau bac +5, grâce à la validation des acquis professionnels (VAP). Depuis 18 mois, je travaille comme consultant ERP indépendant.

Qu’aimez-vous dans le métier de consultant ERP ?

Ce qui me plaît beaucoup c’est la variété des missions. Les clients sont tous différents, les projets aussi. Si vous intervenez dans un contexte projet, l’intervention pourra durer entre deux et trois ans. En revanche, si vous arrivez une fois le déploiement réalisé, vous serez en charge de la tierce maintenance applicative (TMA) qui consiste à accompagner le client jusqu’à ce qu’il soit complètement autonome. Le consultant interviendra à temps plein, puis à mi-temps et enfin de façon très ponctuelle.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui souhaite devenir consultant ERP ?

Tout d’abord, par rapport à ces études : s’il a un BTS informatique, son premier objectif sera de passer de la technique au fonctionnel (cela prendra environ cinq ans), alors que s’il détient un diplôme d’ingénieur, il maîtrise déjà le fonctionnel, il faudra qu’il cherche à orienter sa carrière vers les systèmes d’information (les flux de données, les échanges de données…).
Un autre conseil concerne son attitude : il faut être très ouvert d’esprit, avoir une facilité d’adaptation et aussi savoir ce que l’on vaut. Quand vous débutez votre carrière, vous commencez comme dernier maillon, trop souvent synonyme de fusible. Dans ces cas, il ne faut pas se remettre en question, il faut rester fort et essayer de rebondir sur d’autres missions, sans quoi les effets peuvent être dévastateurs (mise au placard, licenciement).

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Offres d'emploi


Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo