ARCHITECTE MATERIEL

L’architecte matériel peut intervenir chez un fabricant de systèmes électroniques ou chez un constructeur de matériel informatique ou télécoms. Il a pour mission de concevoir un nouveau produit ou une gamme de produits en tenant compte de différentes contraintes telles que la performance, le design, l’esthétique, la taille, le poids. Il peut également travailler sur l’évolution d’un produit pour en améliorer les performances, lui ajouter des fonctionnalités, réduire son coût de production ou encore remplacer des composants obsolètes. L’architecte matériel, aussi appelé architecte équipement, doit toujours avoir à l’esprit que le produit peut évoluer à court ou moyen terme. En plus de ses compétences techniques, l’architecte matériel doit posséder des qualités humaines qui lui permettront de travailler en équipe.

Principales missions

  • Élaborer le dossier de conception du produit ou de l’évolution du produit.
  • Choisir les composants électroniques ou les logiciels embarqués en assurant leur compatibilité.
  • Suivre le travail des ingénieurs chargés de la réalisation, du test et de l’industrialisation du produit.
  • Assurer la veille technologique et concurrentielle.


Formation

Ingénieur spécialisé en télécoms, informatique ou électronique
Le poste d’architecte matériel s’adresse à des professionnels ayant quelques années d’expérience dans le domaine technique.

Compétences professionnelles

  • Posséder d’excellentes compétences techniques en électronique.
  • Maitriser les domaines d’interaction entre logiciel et matériel.
  • Avoir un bon niveau d’anglais technique (cahier des charges, spécifications).

Profil
  • Rigueur
  • Relationnel
  • Goût du travail en équipe
  • Sens du management
  • Capacités d’écoute
  • Empathie
Salaire

L’architecte matériel débute entre 35 et 45 k€. Confirmé, il pourra gagner de 45 à 80 k€. Le salaire moyen de l’architecte matériel se situe entre 40 et 60 k€. L’architecte matériel sera dans la fourchette haute s’il évolue chez un éditeur et dans la fourchette basse s’il est dans l’industrie.


Évolution professionnelle

L’architecte matériel peut devenir chef de projet matériel, expert matériel ou encore architecte réseaux. Pour devenir directeur des systèmes d’information (DSI), il devra compléter son expertise par une formation en gestion ou en management type MBA, pour monter en grade.

 

La parole aux professionnels
Allam Benyacoub, architecte matériel indépendant


Peut-on devenir architecte matériel dès la sortie de l’école ?

Je recommande fortement d’avoir une expérience de cinq ans en support. Je ne pense pas qu’on puisse être un bon architecte matériel après seulement deux ans d’expérience. Il est important d’avoir du recul, de connaître l’implication de chaque matériel : plus l’environnement est important, plus l’impératif de maîtriser les différentes technologies s’avère être indispensable. Dans une société de 100 personnes, on peut tenter de s’en sortir en faisant de l’à-peu-près, mais dans des grands comptes, c’est impossible. L’expérience professionnelle compte beaucoup, et surtout les secteurs d’activité pour lesquels vous avez travaillé. Peu de perspective de carrière intéressante si vous n’avez pas travaillé dans les banques/assurances ou dans les télécoms : deux domaines où les architectures matériels et les technologies sont très présentes.

Quelles sont les compétences requises pour devenir un bon architecte matériel ?

Il faut connaître les différents constructeurs présents sur le marché : autant les leaders que les challengers. Il est important de faire constamment de la veille technologique. Il est primordial de savoir mettre en œuvre les capacities planning, c’est à dire être capable de gérer les montées en charge. Enfin, il est nécessaire de tenir compte des impératifs métiers de chaque entreprise.

Quelle importance accordez-vous aux certifications constructeurs ?

Il est intéressant d’avoir des certifications constructeurs pour augmenter vos compétences. Toutefois, je pondérerai ce propos, car depuis quelque temps, les choses ont changé. Les sociétés de services en ingénierie informatique (SSII) ont incité beaucoup trop de jeunes à passer ces certifications, ce qui a nui à leur qualité. En théorie, c’est un avantage d’être certifié, mais sur le terrain le niveau de compétence ne suit pas toujours. Il faut privilégier les certifications les plus reconnues, celles qui sont renouvelables régulièrement, tous les deux ans par exemple.

 

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Offres d'emploi


Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo