CONSULTANT FONCTIONNEL

Le consultant fonctionnel a pour mission d’accompagner le client dans la mise en place d’applications liées au métier de l’entreprise. Il joue le rôle d’intermédiaire entre les fonctions (marketing, production, finance) et la technique (développeur, chef de projet). Afin de concilier les intérêts de chacun autour d’une solution commune, le consultant fonctionnel, aussi appelé consultant en organisation ou analyste fonctionnel, doit faire preuve d’écoute et d’empathie. En raison du nombre important de déploiements, de migrations ou encore de fusions d’applications avec les rachats de sociétés, ce profil est toujours fort recherché.

Principales missions

  • Recueillir les besoins du client et rédiger les spécifications fonctionnelles.
  • Faire traduire les spécifications par l’équipe de développement.
  • Présenter la solution au client pour validation.
  • Animer des réunions et rédiger des comptes rendus.
  • Assister le client au moment du déploiement.
  • Assurer la maintenance du produit.


Formation

Ces trois formations permettent de devenir consultant fonctionnel :

  • École d’ingénieurs (informatique, télécoms, généraliste)
  • Université : maîtrise à dominante informatique telle que la MIAGE
  • École de commerce avec spécialisation en technologies


Compétences professionnelles

  • Connaître les processus métiers.
  • Maîtriser les ERP du marché.
  • Avoir une culture technologique.

Profil

  • Qualités relationnelles et goût pour le contact
  • Facultés d’écoute
  • Pragmatisme
  • Curiosité
  • Sens de l’organisation
  • Autonomie

Salaire

Un consultant fonctionnel junior gagne entre 30 et 40 k€. Expérimenté, sa rémunération sera comprise entre 40 et 60 k€.


Évolution professionnelle

Le consultant fonctionnel peut devenir directeur d’un département conseil, chef de projet ou architecte fonctionnel.

La parole aux professionnels

Emmanuel Ouyahia, consultant fonctionnel indépendant



Quel a été votre parcours ?

Mon parcours est vraiment atypique. Après avoir obtenu un Doctorat en économie, j’ai enseigné quatre ans à l’université. Ensuite, j’ai rejoint le secteur privé en travaillant chez Sopra Group pendant un an et demi et Accenture pendant trois ans, à chaque fois en tant que consultant fonctionnel.


Comment évolue le marché pour le consultant fonctionnel ?

Les besoins étant immenses, il n’y a pas de souci à se faire pour être embauché. Il faut juste prendre conscience que le niveau d’exigence a augmenté, et que l’on demande au consultant fonctionnel d’être non seulement polyvalent mais aussi très mobile. Il ne faut pas compter avoir une vie de famille pendant les trois premières années.


Qu’appréciez-vous le plus dans la fonction de consultant fonctionnel ?

L’intérêt de cette profession, à mes yeux, c’est la diversité des missions : diversité des projets et diversité des clients. Toutefois, il faut mesurer ce propos car il y a bien souvent un conflit d’intérêt entre le consultant et la SSII pour laquelle il travaille. Je m’explique : cette dernière préférera toujours placer le consultant chez le même client, alors que l’intérêt du consultant est de réaliser des missions ailleurs pour découvrir d’autres métiers, acquérir de l’expérience et ainsi enrichir son CV. Ce dilemme peut être résolu, à condition d’avoir quelques années d’expérience derrière soi, en se mettant à son compte.

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Offres d'emploi


Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo