Se lancer comme freelance

Vous rêvez de liberté et de créer votre propre entreprise ? 3 conseils pour vous aider à devenir freelance.




Choisissez bien votre statut
Vous avez le choix entre l'Entreprise Individuelle (EI) ou l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL), éventuellement la SAS unipersonnelle. Le choix entre l'EI et l'EURL dépend de votre chiffre d'affaires et de vos bénéfices. En EI, vous serez imposé directement sur les revenus (Bénéfices Non Commerciaux) ; en EURL, vous vous attribuez un salaire et êtes soumis à l'impôt sur les sociétés (15 % pour un RN < 38 000 € et 33 % au-dessus) en plus de l'impôt sur le revenu. Au-delà de 100 000 € de chiffre d'affaires, il vaut donc mieux choisir l'EURL. Sachez aussi que pour une EI, votre patrimoine est confondu avec celui de votre société. Les plus frileux pourront également monter une auto-entreprise tout en continuant de travailler...

Choisissez bien vos partenaires
En tant que freelance, il est très difficile d'être référencé par les directions des achats. Pour trouver des missions, vous pouvez aller sur des sites gratuits ou payants spécialisés (comme HiTechPros), ou démarcher des SSII pour de la sous-traitance. La SSII prend en moyenne 15 à 20 % de commission sur la prestation. Attention donc à celles qui prennent plus, qui ne paient pas ou en retard !

Préférez plutôt les missions de longue durée
Bien que les missions longues (limitées à 3 ans) soient souvent moins bien rémunérées et parfois moins intéressantes que les missions courtes, elles évitent de vous mettre en position d'intercontrat, ce qui peut représenter un important manque à gagner.

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo