La virtualisation réduit les coûts du SI : Réalité ou leurre ?

La question mérite d'être posée. L'adoption d'architecture virtualisée au sein des entreprises a souvent été portée par la présomption que cela engendrerait des réductions des coûts liés au SI. Cela est d'autant plus vrai pour les sociétés de taille moyenne où il est souvent difficile de défendre l'importance du SI.
La mutualisation des ressources au sein d'une entité est en effet supposée réduire les coûts mais cette économie est-elle avérée ?

booster sa recherché d'emploiDepuis l'arrivée de solutions spécifiques au milieu des années 2000, le gain économique associé n'est pas simple à quantifier et ce pour plusieurs raisons. Les solutions de virtualisation ont bien entendu un coût d'acquisition mais engendrent également un coût de maintenance et d'installation.
Une architecture virtualisée nécessite en effet plus de compétences pour la maintenance car des techniciens d'un niveau d'expertise avancé sont requis. Elles nécessitent également des infrastructures plus riches telles que des serveurs d'entreprise évolutifs et sécurisés. Les architectures virtualisées conduisent aussi à la consommation de ressources supplémentaires.

Devant ce constat un peu sombre, on peut se demander pourquoi la virtualisation des serveurs a rencontré autant de succès au cours de ces 5 dernières années. Certainement parce que les gains pour les sociétés utilisatrices se retrouvent aussi et surtout dans des domaines beaucoup plus fonctionnels, opérationnels et OPEX.

La virtualisation offre une multitude d'avantages qui évincent les considérations ci-dessus. Parmi ces avantages, on compte notamment :
- Un meilleur maintien en condition opérationnelle assuré par le service informatique auprès des utilisateurs
- Au-delà d'un gain financier direct, un gain en temps que les administrateurs peuvent dédier à d'autres tâches et projets à plus forte valeur ajoutée
- Une meilleure maîtrise des ressources affectées
- Une meilleure sécurité pour les systèmes gérés
- Sur la partie OPEX, des bénéfices indirects dus à la diminution des serveurs physiques concernent la réduction des coûts

Lire la suite »

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo