Des sites e-accessibles

sites e-accessibles

L'accès aux contenus numériques ou "e-accessibilité" est devenu un droit fondamental. Les personnes handicapées sont en première ligne, notamment lorsqu'elles recherchent un emploi... Qu'en est-il réellement aujourd'hui ? Etat des lieux.



Des réglementations encore peu suivies
Au niveau international, on peut retenir deux sources législatives majeurs en matière d' e-accessibilité : l'article 9 "Accessibilité" de la Convention de l'ONU du 13 décembre 2006 relative aux droits des personnes handicapées, et certaines publications des institutions européennes comme la résolution du Parlement européen de 2002 "Europe 2002 : accessibilité des sites Web publics et de leur contenu", la résolution du Conseil de 2003 relative à la promotion de l'emploi et de l'intégration sociale des personnes handicapées, et les communications de la Commission européenne de 2005 à 2008 "Vers une société de l'information accessible". Toutes ces mesures visent à assurer et à promouvoir l'accès des personnes handicapées aux systèmes et technologies de l'information et de la communication, particulièrement Internet.
Pour répondre à ces exigences, la France a adopté une série de textes, dont la loi du 11 février 2005 qui dispose que les services de communication en ligne développés par l'Etat doivent être accessibles aux personnes handicapées, par la mise en œuvre de règles techniques, sémantiques et d'ergonomie. Un référentiel technique a depuis été instauré, le RGAA (Référentiel Général d'Accessibilité pour les Administrations), ainsi qu'un recueil de bonnes pratiques fondé sur le standard international WCGA 2.0.
Le problème ? L'obligation d'accessibilité numérique ne s'impose pas aux sites Web du secteur privé !
En outre, bien que des délais de mise en conformité des sites Web du secteur public aient été définis par décret, les études montrent que seuls 4 % des sites de l'administration sont conformes au RGAA. En cause notamment, la formation des développeurs Web.

La formation des informaticiens en question
En effet, rendre accessible un site Internet se prépare dès sa conception, en intégrant par exemple des fonctionnalités telles que la modulation de la taille des textes, des versions audio des contenus, etc. Or, les professionnels sont peu sensibilisés à la question de l'accessibilité, que ce soit pendant leur formation ou dans l'entreprise.
Premier pas vers une amélioration : le 23 septembre 2015, l'Etat et plusieurs écoles – dont la Conférence des Présidents d'Université (CPU) et Sup Internet – ont signé une "Charte de l'accessibilité numérique".

La future loi numérique
En préparation, la future loi numérique devrait permettre à la France de rattraper son retard en matière d'accessibilité. Elle obligera, entre autres, les administrations à préciser leur niveau de conformité aux règles d'accessibilité, sous peine de sanctions financières. Il est notamment prévu que d'ici 2016, 50 % des sites de l'administration soient déclarés conformes. Ils seront reconnaissables grâce au label "e-accessible". Le RGAA a dans ce sens été réactualisé.
Les grandes entreprises sont également concernées, devant proposer des services après-vente téléphoniques accessibles aux personnes malentendantes.

Abonnez vous à notre Newsletter



Soyez visible des recruteurs

Déposez votre CV !

Offres d'emploi


Partagez ce contenu

Partager Facebook Twitter Google+ LinkedIn Viadeo